Un site du réseau encyclopédique Savoir.fr
➔ CITATIONS ET PROVERBES

La fortune sourit aux audacieux

Vous êtes ici : » » La fortune sourit aux audacieux ; écrit le: 22 mars 2012 par lamia

 La fortune sourit aux audacieux Auteur : Turnus , au XIIe siècle av. J.-C.

Explication

Ce vers figure dans L’Énéide, la grande œuvre inachevée de Virgile, publiée peu après sa mort, en 19 av. J.-C. Dans cette épopée des origines, l’écrivain rattache l’histoire romaine au mythe troyen.



Un peu plus de mille ans plus tôt, Troie avait été vaincue par la coalition des Achéens, et le Troyen Enée s’était enfui. Après une traversée périlleuse, le fugitif voulut s’installer en Italie. Virgile s’inspire ainsi du retour d’Ulysse chanté par Homère sept siècles avant lui, mais la perspective est inversée: tandis qu’Ulysse rentra en vainqueur dans son royaume qu’il devait reconquérir, Enée arriva en vaincu sur une terre inconnue, le Latium, qu’il devait conquérir.

À l’annonce du débarquement de la petite armée conduite par le Troyen, le général Turnus, bouillant neveu du roi Latinus, se rua sur son adversaire. Il trouva quand même le temps de haranguer ses troupes : « Vous pouvez culbuter l’ennemi sous vos coups. Mars en personne est entre vos mains (…). Courons de nous-mêmes à la mer, pendant que, tout tremblants, ils font leurs premiers pas sur le sol ! La fortune sourit aux audacieux ! » Mais le Latin téméraire fut tué par le Troyen en combat singulier.

Le vers, immortalisé par Virgile dans un sens ironique, était déjà un dicton très populaire, employé auparavant par Térence (vers 190-159 av. J.-C.) et parCicéron (106-43 av. J.-C.). Il était si populaire que l’orateur le citait en abrégé ! Mais chez Virgile, ces mots avaient également un sens politique contemporain, aujourd’hui oublié. En effet, une douzaine d’années plus tôt, la fortune avait fui Marc Antoine, qui avait la réputation d’être un grand audacieux, mais parfois imprudent et brouillon. Une sorte de nouveau Turnus. En revanche, elle avait souri à son adver-saire Octave Auguste, certes audacieux, mais toujours réfléchi. L’Énéide est donc aussi une célébration du culte impérial rendu au nouvel Enée, digne successeur du roi Latinus (Jules César).

← Article précédent: Article suivant:

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles