Un site du réseau encyclopédique Savoir.fr
➔ CITATIONS ET PROVERBES

Quand j’entends le mot culture, je sors mon revolver

Vous êtes ici : » » Quand j’entends le mot culture, je sors mon revolver ; écrit le: 28 mars 2012 par lamia

baldur von schirach1 150x150 - Quand j'entends le mot culture, je sors mon revolverAuteur : Baldur von Schirach , en 1933

Explication

Actualités cinématographiques du Troisième Reich. Sur une tribune hérissée d’étendards nazis, un jeune homme blond en uniforme s’adresse à une assemblée de dignitaires. « Quand j’entends le mot culture, je sors mon revolver », dit-il, la moue aux lèvres, déclenchant rires et ovations.



Il joint legeste à la parole, soupesant son arme avec satisfaction. Baldur von Schirach (1907-1974) a dirigé les Jeunesses hitlériennes dans l’opposition dès 1931 puis pendant les sept premières années du régime, de  T933 à 1940.

Mais ce trait d’humour nazi n’est pas de lui. Le 20 avril 1933, pour l’anniversaire d’Hitler (au pouvoir depuis moins de trois mois), on joue la première d’un drame héroïque intitulé Schlageter. Cette pièce glorifie Albert Léo Schlageter, jeune nazi fusillé en 1923 par les autorités militaires françaises pour s’être opposé par la violence à l’occupation de la o Ruhr. Première scène, située après la défaite allemande de 1918 : l’ancien combattant Schlageter prépare un examen universitaire avec son ancien camarade de régiment Friederich Thiemann.

Tous deux se demandent s’il est bien utile d’étudier tant que leur nation n’est pas m libre. Pour Thiemann, mieux vaut se battre que poursuivre de vaines études. Et il précise : « Quand j’entends le mot culture, j’ôte le cran de sûreté de mon Browning!» Cette réplique devint aussitôt très populaire, et le chef des Jeunesses hitlériennes ne fit que la mettre en application.

C’était le temps des grands bûchers de livres et de la répression des intellectuels, envoyés dès le 22 mars 1933 à Dachau dans le premier camp de concentration. La phrase colle si bien au régime nazi qu’on se plaît généralement à l’attribuer à l’un ou l’autre de ses grands maîtres, de Goering à Coebbels.

← Article précédent: Article suivant:

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié