➔ CITATIONS ET PROVERBES

Chen Zhen

Vous êtes ici : » » Chen Zhen ; écrit le: 27 avril 2012 par Hela modifié le 23 août 2018

Né en 1955 à Shanghai. Chen Zhen étudie à l’École des beaux-arts et des arts appliqués de Shanghai (1973-1976) puis, en 1978, se spécialise en décors scéniques au Shanghai Drama Institute. Il arrive à Paris en 1987 et suit les cours de l’École des beaux- arts (1987-1989) puis de l’École des hautes études en arts plastiques (1989-1991). Il expose pour la première fois en France en 1990. Chen Zhen est mort en décembre 2000 à Paris.

Œuvre

A partir de 1990, Chen Zhen réalise des installations qui fonctionnent sur « la méthode de la métaphore». Il fait appel à sa culture chinoise, au bouddhisme et les confronte à la culture occidentale. Il forge le concept de Transexpérience, «une sorte de fusion / transcendance des expériences» pour résumer « les expériences complexes que l’on vit quand on quitte son pays natal et qu’on va de pays en pays». Sa Transexpérience est aussi un moyen «d’échapper à une rationalisation de l’art et à une schématisation des styles artistiques», un moyen de vivre une «solitude spirituelle» et d’être «une sorte de sans-abri culturel». Il conçoit ses installations monumentales en fonction du contexte de réalisation et du lieu d’exposition. Il crée différentes versions d’une table ronde cerclée de chaises chinoises et européennes, autour de laquelle il est impossible de s’asseoir, symbole du «malentendu éternel» de l’Orient et de l’Occident [Round Table, 1995 ou sa version monumentale pour la ville de Montpellier: Human Constellation, 1998-2000). En 1999, il réalise 50 Coups à chacun, d’après une maxime bouddhiste qui veut que deux parties adverses se frappent mutuellement pour se réconcilier. Il invite le public à frapper avec divers instruments sur du mobilier transformé en tambour par la disposition de peaux tendues et fait donner des représentations magistrales par des moines tibétains en costume traditionnel. La pièce est présentée dans des lieux de conflits, à Tel-Aviv, à Venise (pour sa proximité avec le Kosovo, l’Albanie). Il invente des Moulins à prière faits de bouliers chinois, de calculatrices et de caisses enregistreuses (Prayers Wheel, «Money Makes the Mare Go (Chinese Slang)», 1997). Soucieux de comprendre toutes les cultures, il entreprend enfin un travail avec des enfants des cinq continents. Il leur propose de construire des maisons avec des bougies de couleur (Beyond the Vulnerability, 1999-2000): « En Chine, la bougie symbolise la vie d’un homme. Rassembler 99 chaises d’enfants collectées dans différents pays du monde pour construire un village universel… Bâtir des maisons comme des autels de lumière… Nous posons les fondations. Notre espoir repose sur les générations futures.»

Propos de l’artiste

«La notion de Résidence- Résonance-Résistance (R-R-R) affirme certaines positions que je souhaite développer. Résider, s’ancrer dans différents contextes culturels; Résoner, dialoguer avec les cultures “ locales ’’ ; Résister, diluer la “ monoinfluence culturelle” occidentale dans mon esprit.»

Vidéo : Chen Zhen

Vidéo démonstrative pour tout savoir sur : Chen Zhen



← Article précédent: Donald Sultan Article suivant: Dorothea Tanning

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles