David Hockney

> > David Hockney ; écrit le: 13 avril 2012 par Hela

Né en 1937 à Bradford en Grande-Bretagne. David Hockney fait ses études au Bradford College of Art (1953 -1957) et au Royal College of Art de Londres (1959-1962). Sa première exposition personnelle a lieu en 1962 à Londres. En 1963, il s’installe en Californie et s’exclame: «Los Angeles aura son Piranèse. L. A., me voici ». Artiste inclassable, il est considéré comme l’un des peintres importants du XX  siècle. David Hockney vit et travaille à Hollywood.

Œuvre

Dès 1960, David Hockney mêle abstraction, figuration et Pop Art dans ses toiles. Il peint des produits de consommation courante, des personnages, ajoute des inscriptions dans ses tableaux. À cette époque, il prend conscience de ses désirs homosexuels et décide de les «assumer avec un minimum d’honnêteté» (série des années soixante: Pédé, Doll Boy, Garçon au lit…). En 1963, son œuvre devient plus autonome et autobiographique. Il peint des autoportraits, les portraits de ses parents, d’amis, des séries de scènes d’intérieur, de garçons sous la douche, de piscines, de voyages… Si une très mince couche de peinture apposée en à-plats donne une impression proche de la photographie, son refus de réalisme apparaît dans le traitement acidulé de la couleur et dans les « petits détails spécifiques» d’invention. À partir de 1978, David Hockney, qui affirme que « la rigidité stylistique est plus qu’un souci inutile, un véritable piège», renouvelle le collage et la gravure à l’aide de nouvelles techniques : pâte à papier (Piscines de papier, 1978), photographie (Polaroids composites, Photocollages, 1982), lithographies « fractales», photocopies, images faxées… Dans les années quatre-vingt-dix, il s’inspire des œuvres des maîtres anciens et modernes, peint portraits et paysages, travaille sur la perspective, la multiplicité des points de vue (A Closer Grand Canyon, 1999) la couleur et poursuit son dialogue imaginaire avec Picasso.

 Propos de l’artiste

«La vie? Je sais à quoi m’en tenir, c’est une pute ! Mais en vieillissant, on doit  décider de l’aimer à tout prix. Sans cet effort, je deviendrais fou. Tous, nous sommes touchés par le tragique. Mais moi, peintre, je ne crois pas que le tragique soit un concept visuel ; c’est bien davantage  un motif littéraire.»

Vidéo : David Hockney

Vidéo démonstrative pour tout savoir sur : David Hockney

← Article précédent: Sigurdur Gudmundsson Article suivant: Jenny Holzer


Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles de tout le site