Enrico Baj

> > Enrico Baj ; écrit le: 3 avril 2012 par Hela

Né en 1924 à Milan en Italie. Enrico Baj fait des études de droit tout en suivant les cours de l’Académie de la Brera à Milan (1945-1948). En 1951, il fonde le Mouvement nucléaire (1951-1958) avec Sergio Dangelo et exprime sa peur d’un monde qui ne serait plus qu’une «métropole atomisable». En 1954, il est cofondateur du Mouvement international pour un Bauhaus imaginiste. En 1957, il est signe le manifeste Contre le style avec Yves Klein et Piero Manzoni.

Sa première exposition personnelle a lieu en 1958 à Paris. Ami de l’écrivain Raymond Queneau, il se définit comme «libertaire anarchopataphysicien » et crée l’institut de pataphysique de Milan en 1963. Enrico Baj est mort à Vergiate, en Italie, le 16 juin 2003.

Œuvre. Au début des années cinquante, Enrico Baj réalise des Peintures nucléaires, proches du tachisme. À partir de 1955, il exécute des collages baroques en assemblant des matériaux (boutons, cailloux, coquillages, galons, verre coloré, morceaux de miroirs brisés) sur des tissus fleuris ou de la toile à matelas. Il crée des personnages-mosaïques, souvent grossiers, qui traduisent la «violence humaine » (série des Généraux). Il peint également les Montagnes (1957-1960), des paysages réalisés à l’acqua pesante, un mélange de Ripolin et d’eau.

En 1960, il est l’un des auteurs du Grand Tableau antifasciste collectif, conçu en réaction contre la guerre d’Algérie. À partir de 1963, il construit des sculptures avec des éléments de Lego ou de Meccano ; il les reprendra en 1983 dans les décors d’Ubu roi pour le théâtre de marionnettes de Massimo Schuster. En 1968, il commence la série des Peintures d’après, en réinterprétant Picasso, puis entreprend une grande installation, Apocalypse (1978-1983), où il mêle différents éléments de son œuvre pour critiquer le pouvoir, «la pollution et l’autodestruction».

Il illustre encore «l’explosion kitsch universelle de masse» dans la série des Métamorphoses et Métaphores ou livre des tableaux politiques comme Berluskaiser[1994), une satire de Berlusconi. Dans le même temps, il réalise des pièces en commun avec des artistes comme Hervé di Rosa et peint Masques tribaux (1993) ou 7ofems(1997). Il n’a cessé d’illustrer les écrits de nombre de poètes et d’écrivains, comme Queneau, Seghers ou Borges.

Propos de l’artiste. «L’évolution en art n’a jamais existé. Les changements, oui. Et c’est l’avant- garde qui met en question le système. Le conservateur, lui, entretient le système. Le musée ne peu- pas s’inscrire dans le véritable courant créatif et le représente quand il est épuisé. L’avant-garde existe, mais en dehors des conservateurs et de la conservation.»

Vidéo : Enrico Baj

Vidéo démonstrative pour tout savoir sur : Enrico Baj

https://www.youtube.com/embed/gf4sGIkd6nk

← Article précédent: Donald Baechler Article suivant: John Baldessari


Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles de tout le site