Un site du réseau encyclopédique Savoir.fr
➔ CITATIONS ET PROVERBES

Jochen Gerz

Vous êtes ici : » » Jochen Gerz ; écrit le: 11 avril 2012 par Hela

Jochen GerzNé en 1940 à Berlin. Jochen Gerz fait des études de langues, de littérature et d’histoire jusqu’en 1964. Il travaille comme journaliste, comme traducteur, comme graphiste puis produit une œuvre artistique à partir de 1966. Sa première exposition personnelle a lieu en 1968. Il s’intéresse aux rapports qui s’établissent entre le langage, la mémoire et la culture. Il dit qu’«entre le réel et sa représentation, il y a un no man’s land». Dans les années quatre-vingt et quatre- vingt-dix, il fait œuvre commune avec sa femme, l’artiste Esther Shalev-Gerz. Il vit et travaille à Paris.

Œuvre.

En 1968, Jochen Gerz commence une série d’actions et de performances dans l’espace public en apposant un autocollant qui proclame Attention, l’art corrompt sur des statues de Florence. En 1971, il crée sa première pièce avec l’aide d’un ordinateur en lui faisant écrire en trois langues Ces mots sont ma chair et mon sang. En 1972, il hurle «Allô» pour Crier jusqu’à l’épuisement. En 1974, il répète à l’infini le mot Vivre à la craie sur le sol d’une galerie: «Vivre» sera peu à peu effacé par les pas des visiteurs. Ses interventions sont filmées en vidéo. Depuis 1969, il installe des séries de Photos/Textes. Il y confronte ses monologues subversifs sur l’art à des photos de paysages (On voit l’image du pont, mais la rive a disparu). Puis ses travaux parlent de l’Holocauste.



En 1986, avec Esther Shalev-Gerz, il fait élever à Hambourg un Monument contre le fascisme, gigantesque colonne de plomb où les passants peuvent graver leur nom comme pour une pétition. De 1991 à 1993, pour leur Monument contre le racisme, ils font inscrire sur l’envers des pavés de la grande place de Sarrebruck (rebaptisée «place du Monument invisible») le nom des 2 243 cimetièresjuifs d’Allemagne. En 1998, il réalise les Témoins et demande à 48 femmes de l’âge de Maurice Papon de dire leur vérité au moment de son procès. En 2000, pour les Mots de Paris, il donne la parole aux SDF devant Notre-Dame. En 2001, il entreprend la réalisation d’une Anthologie de l’art sur l’Internet et interroge artistes et théoriciens: «Dans le contexte actuel de l’art, quelle serait votre vision d’un art encore inconnu?» (www.anthology-of-art.net)

Propos de l’artiste.

«Quand je pense à l’art, je ne pense pas à l’idée de faire quelque chose. Tôt ou  tard, je pense à être. Pour moi, l’art reste lié à son origine, être. C’est aussi la manifestation la plus radicale du non-dit que l’on puisse produire, même si cela ne l’est pas vraiment actuellement – et ce qu’il y a de plus opposé à nous. Peut-être que l’on fait ce que l’on ne peut pas être.»

Vidéo : Jochen Gerz

Vidéo démonstrative pour tout savoir sur : Jochen Gerz

https://www.youtube.com/watch?v=3RXXldUYeR0

← Article précédent: Article suivant:

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles