Un site du réseau encyclopédique Savoir.fr
➔ CITATIONS ET PROVERBES

Mark Di Suvero

Vous êtes ici : » » Mark Di Suvero ; écrit le: 7 avril 2012 par Hela

Mark Di SuveroNé en 1933 à Shanghai en Chine. Mark Di Suvero s’établit avec sa famille à San Francisco en 1941. suit les cours de l’université Santa Barbara en Californie de 1953 à 1957. Sa première exposition personnelle a lieu en 1960. En 1962, il est cofondateur de la galerie associative new-yorkaise Part Place Gallery. En 1966, il proteste contre la guerre du Viêt Nam et érige une sculpture : la Tour de la paix à Los Angeles. En désaccord avec la politique étrangère des États-Unis, il s’exile en Europe en 1971 et ne retourne à New York qu’à la fin des années soixante-dix. Il vit et travaille à Chalon-sur-Saône, à Petaluma et à New York.

Œuvre.

En 1957, Mark Di Suvero crée des «sculptures spatiales ouvertes »avec des poutres récupérées sur des chantiers. Après 1960, il assemble de; poutrelles d’acier géantes, brutes, rouillées ou peinte; en rouge. Il les installe à l’échelle du lieu, in situ dans la rue, dans des jardins publics, sur des places, dans le monde entier. Il utilise des grues pour les ériger et pour apprendre «ce que sait n’importe quel petit : oiseau : à quoi ressemblent les choses vues d’enhaut».



Il installe parfois une plate-forme mobile au pied de ses sculptures afin que l’on puisse les voir en mouvement. Ses œuvres sont toujours monumentales. Il insiste sur leur caractère sexuel et souhaiterait que les spectateurs puissent «les regarder par en dessous en faisant l’amour» (Evviva amore 2001). En 1997, ses sculptures monumentales sont  Présentées partout dans Paris, de la Villette à Saint-Germain-des-Prés ou aux Invalides. Plus récemment, il montre également des volumes de plus petites dimensions, en acier, des structures ouvertes, plus intimes (Rudder, 2000).

Propos de l’artiste.

«Je crois que j’essaie de trouver des formes qui puissent trouver un écho chez le spectateur. C’est comme dans une relation humaine. C’est une recherche des archétypes de Jung, de ces formes qui sont comme des souvenirs. On ne peut pas vraiment les expliquer. Elles existent, tout simplement.»

Vidéo : Mark Di Suvero

Vidéo démonstrative pour tout savoir sur : Mark Di Suvero

https://www.youtube.com/watch?v=tvd0Rfe0SJU

← Article précédent: Article suivant:

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles