Richard Baquié

> > Richard Baquié ; écrit le: 7 avril 2012 par Hela

Né en 1952 à Marseille en France. Richard Baquié fait un peu tous les métiers avant de suivre les cours des Beaux-arts de Luminy dont il est diplômé en 1981. Sa première exposition personnelle a lieu en 1984 à Paris. Richard Baquié est mort en 1996 à Marseille.

Œuvre.  À partir de 1979, Richard Baquié récupère dans les décharges ou dans la rue des matériaux mis au rebut et les assemble dans ses sculptures. Il utilise aussi bien une carcasse de voiture qu’une chaise longue ou un ventilateur. Il «fabrique des machines pour créer des situations» : ses assemblages se font récit d’une histoire personnelle à laquelle il souhaite que le spectateur participe. Il présente de petites pièces (des armes, des avions) ou des sculptures plus importantes souvent animées par des mécanismes, des ventilateurs, des turbines. Il confronte ses objets de mémoire au langage : il inscrit des mots au néon, avec du métal découpé ou installe une vieille sono ou une radio auprès de ses constructions.

Ses œuvres s’intitulent Cher amour, je pense à toi tard le soir (1985), Que reste-t-il de ce qu’on a pensé et non dit? (1985), ou encore Silence (1989). Il élabore nombre de ses dispositifs en regard de l’histoire de l’art et, de 1989 à 1991, réalise ce qu’il appelle un «acte iconoclaste», une rupture. Il crée une Réplique, sans titre n° 7, d’Étant donnés […], la dernière œuvre emblématique de Marcel Duchamp, pour mettre un terme à «une participation passive [et] subvertir une métaphysique symboliste». Sa sculpture l’Aventure (1989), commande publique, est installée dans le quartier des Cèdres à Marseille.

Propos de l’artiste.  «Il y a une logique dans l’œuvre elle-même, qu’il faut respecter. Et cette logique, c’est que l’œuvre excède ce que l’on peut en dire. L’artiste, quand il parle est comme le “ regardeur’’. Mes travaux sont des propositions, des intentions. C’est peut-être cela qui en fait ce que l’on appelle la dimension poétique ou la naïveté. En tout cas la faiblesse, la faiblesse de tout artiste.»

← Article précédent: Balthus Article suivant: Stephan Balkenhol


Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles de tout le site