Stephan Balkenhol

> > Stephan Balkenhol ; écrit le: 7 avril 2012 par Hela

Né en 1957 à Fritzlar en Allemagne. Stephan Balkenhol se forme à la sculpture dans l’atelier d’Ulrich Rückriem. Sa première exposition personnelle a lieu en 1983. Il vit et travaille à Karlsruhe en Allemagne et à Meisenthal (Moselle) en France.

Œuvre. Depuis 1987, Stephan Balkenhol exécute des sculptures en bois (pin, chêne, wawa), grossièrement taillées et peintes à l’acrylique car «c’est par la peinture que les sculptures prennent vie». Il montre des figures polychromes et réalistes, «aussi simples que possible», des hommes, des femmes, des couples, qui peuvent être « une personne définie, ou une personne quelconque, un “Monsieur tout le monde ’’ », ne représenter qu’elles-mêmes ou raconter quelque chose, et qui sont peut-être des autoportraits.

Ses personnages sont réalisés à des échelles particulières, plus grandes ou plus petites que nature : « Une sculpture disproportionnée possède une force plus grande car elle ouvre à l’imaginaire des espaces nouveaux. » Il installe ses statues sur des socles, des étagères ou dans des niches de bois « pour créer une certaine distance, pour établir une relation entre le volume et l’espace» (Couples dansant, 1999). Il sculpte tout un bestiaire: chiens, lions, ours, tortue, manchots en troupeau, qu’il perche sur ses colonnes-socles, seuls ou en compagnie de ses personnages (Homme avec trois lions, 1994).

Il fait aussi des dessins, tant préparatoires pour ses volumes qu’autonomes, et réalise des reliefs en bois peint, «des dessins en trois dimensions», détails de corps (Grand Relief [yeux], 2000), ou portraits (Femme chemise violette, 2003). Il dit de sa statuaire : « Mon œuvre tourne autour de la condition humaine et de tout ce qui va avec : il y a la mort, la vie, la joie, la tristesse…»

Propos de l’artiste.«Mes sculptures ne racontent pas d’histoires. Il y a quelque chose de l’ordre du secret. Ce n’est pas à moi de le révéler, mais au spectateur de le découvrir. Plus je donne d’informations, moins le travail du regard est en jeu. Je tiens à rester le plus simple possible, à réduire au maximum toute dimension littéraire.»

Vidéo : Stephan Balkenhol

Vidéo démonstrative pour tout savoir sur : Stephan Balkenhol

← Article précédent: Richard Baquié Article suivant: Günter Brus


Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles de tout le site