Un site du réseau encyclopédique Savoir.fr
➔ CITATIONS ET PROVERBES

Claudio Parmiggiani

Vous êtes ici : » » Claudio Parmiggiani ; écrit le: 20 avril 2012 par Hela

Claudio ParmiggianiNé en 1943 à Luzzara en Italie. Claudio Parmiggiani fait ses études à l’istituto di Belli Arti à Modène de 1959 à 1961. Sa première exposition personnelle a lieu en 1965. Il vit et travaille à Turin.

Œuvre

En 1961, Claudio Parmiggiani s’inspire de la mythologie grecque, réutilise de la statuaire antique et montre ses Delocazioni. Depuis, il réalise des installations, des sculptures, des collages conceptuels. Il s’intéresse à l’idée de présence, de trace, d’infini. Il se réfère aux philosophies alchimiques et maçon­niques. Son travail se veut avant tout spirituel, secret: il faudrait «tout regarder les yeux fermés». Depuis le début des années quatre-vingt, il exécute de grands projets muséaux. En 1988, il conçoit Terra pour la ville de Lyon. Cette boule de glaise sur laquelle il a imprimé l’empreinte de ses mains doit être enfouie secrètement dans le sol de la ville.



Il pense que «le cœur de la terre est le seul musée authen­tique pour abriter une sculpture». À Strasbourg, en 1990, il plante de grandes oreilles dans le parc du château de Pourtalès pour Le bois regarde et écoute. Il invite au voyage poétique et installe des sculptures aux quatre points cardinaux de la planète {Clavis, 1976 ; Grande Pietra, 1983 ; La Torre, 1989 ; Casa sotto laLuna, 1991). Il réalise encore Une sculpture d’ombre, au musée Fabre à Montpellier en 2002, en mettant le feu à l’ancienne bibliothèque du lieu. Il ne garde, le temps de l’exposition, que les formes en négatif dessinées par la cendre grise et, plus tard, que les traces photographiques. Il crée des dessins de fumée avec des pigments répandus directement sur des feuilles de papier ou des icônes de lumière avec des pigments purs disposés dans des barques (Icona nera, 2003), ou dans des caisses arrangées en forme de croix dans une chapelle (Crocedi luce, 2003).

Propos de l’artiste

«J’ai voulu qu’elle [Terra] soit mise dans la terre comme un corps qu’il fallait sauver, le confiant à un élément qui l’accueillerait comme un corps maternel. Cette sculpture est déposée comme une semence capable de générer quelque chose d’idéal.»

Vidéo : Claudio Parmiggiani

Vidéo démonstrative pour tout savoir sur : Claudio Parmiggiani

https://www.youtube.com/watch?v=RLAZhFJYfCc

← Article précédent: Article suivant:

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles