La technique et l’action: Agis de façon que les effets de ton action soient compatibles avec la permanence d’une vie authentiquement humaine sur terre

> > La technique et l’action: Agis de façon que les effets de ton action soient compatibles avec la permanence d’une vie authentiquement humaine sur terre ; écrit le: 16 septembre 2013 par imen modifié le 9 octobre 2018

Hans Jonas fut l’un des premiers philosophes à interroger notre civilisation d’un point de vue écologique. Nous savons aujourd’hui que la technologie confère à l’homme des pouvoirs inouïs, autant synonymes de progrès que de terribles menaces. Cette situation réclame donc une éthique à la mesure des destructions qui s’annoncent. Mais comment trouver un fondement universel au devoir de préserver la nature ?

Jonas répond par l’introduction d’une « responsabilité envers les générations futures ». Puisque la vie sur terre, et en particulier la vie humaine, est fragile, périssable, nous devons agir collectivement pour que l’exis­tence de nos descendants ne soit pas compromise. Il faut donc accepter l’idée que nous avons des devoirs, non seulement envers nos contem­porains, mais aussi envers ceux qui ne sont pas encore nés. La protec­tion de la nature s’impose ainsi comme une obligation morale, dans la mesure où elle est la condition sine qua non d’une vie humaine authen­tique et pérenne. Je conserve certes le droit de me suicider individuel­lement, mais je ne saurais revendiquer celui de contribuer au suicide collectif de l’humanité.

Ce nouvel impératif, inspiré de Kant, peut sembler abstrait. Mais il signifie concrètement qu’avant d’utiliser aveuglément une nouvelle technologie, il faut s’assurer qu’elle ne met pas en danger, à terme, la vie collective. Cette idée est à la base du « principe de précaution » dans notre Droit actuel.

Vidéo: La technique et l’action : Agis de façon que les effets de ton action soient compatibles avec la permanence d’une vie authentiquement humaine sur terre

← Article précédent: La technique et l’action : Et ainsi nous rendre comme maîtres et possesseurs de la nature Article suivant: La technique et l’action : Il n’est pas contraire à la raison de préférer la destruction du monde à une égratignure de mon doigt


Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles de tout le site