➔ CITATIONS ET PROVERBES

Ben

> > Ben ; écrit le: 3 avril 2012 par Hela

Né en 1935 à Naples en Italie. Benjamin Vautier, dit Ben, arrive à Nice en 1949. Il ne suit pas d’enseignement artistique. En 1958, il ouvre le Laboratoire 32, un «magasin fourre-tout, lieu de rencontres et d’expositions». Sa première exposition personnelle y a lieu en 1960. Artiste néo-dada, cofondateur de Fluxus, il déclare en 1962 que «Tout est Art». Jean- Marie Le Clézio dit de lui ; «Ben, c’est le seul grand poète que je connaisse.» Il vit et travaille à Nice.

 Œuvre

En 1962, Ben signe Dieu et le jette à la mer; il s’approprie des « Parties du Tout à Ben », des œuvres d’autres artistes, des machines, des n’importe-quoi. Il multiplie les performances et les provocations. Il vit quinze jours dans la vitrine de la galerie One à Londres (1962). Il joue Hurler et crie jusqu’à en devenir aphone (1964). En 1969, il se «tape la tête contre les murs» jusqu’à se blesser.

En 1971, pour Nez qui coule, il fait couler en public «de [son] nez de la morve». En 1972, il fait scandale en exposant Urine, un verre contenant un peu de son urine. Il jongle avec les mots, les inscrits partout, sur les murs de sa boutique à Nice (aujourd’hui reconstituée au musée d’Art moderne à Paris), le plus souvent en blanc sur des panneaux noirs, des toiles, des objets.

Il remet en question l’art et son commerce {L’art c’est du bluff, 1995). Il tient des chroniques, des lettres sur le monde de l’art et sur une société qu’il voudrait «pluriethnique», car «la vérité est que, depuis Duchamp, l’art n’étonne plus et que la prochaine rupture en art ne peut qu’être ethnique et politique». Il interroge et apostrophe les «peuples inquiets» avec ses écritures et son journal tenu sur internet.

Propos de l’artiste

«Face à ces milliers de cartons d’invitations qu’on reçoit qui ne sont que des véhicules d’ego, l’ego des galeries, l’ego des musées, l’ego des artistes, il n’y a qu’un moyen de gagner: il faut devenir un mythe, Warhol, Klein, Picabia sont devenus des mythes, je problème est qu’on ne devient pas un mythe ai voulant en être un ou en envoyant des invitations. On devient un mythe quand des gens commencent à raconter des blagues sur vous. Les nappes de restaurant de Picasso, les interviews de Warhol où il ne répond que “ah ah” voilà ce qui aide à la fabrica­ron d’un mythe. Je vais donc envoyer 5 000 cartons  sur lesquels j’aurai écrit: “je vous emmerde”.»

Vidéo : Ben

Vidéo démonstrative pour tout savoir sur : Ben

https://www.youtube.com/embed/rM4SD-tJdQ8

← Article précédent: Bernd et Hilla Becher Article suivant: Jean-Pierre Bertrand


Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles de tout le site