➔ CITATIONS ET PROVERBES

Eduardo Chillida

Vous êtes ici : » » Eduardo Chillida ; écrit le: 5 avril 2012 par Hela

Né en 1924 à San Sebastián au Pays basque espagnol. Eduardo Chillida fait des études d’architecture à l’université de Madrid de 1943 à 1947. Il prend des cours de dessin et commence à sculpter en 1947. Il vit à Paris de 1948 à 1951 et montre des pièces au salon de Mai. Il s’installe à Hernani en 1951 et réalise des sculptures abstraites en fer forgé.

Sa première exposition personnelle a lieu en 1954. En 1958, il reçoit le grand prix de Sculpture de la Biennale de Venise. Eduardo Chillida est mort en août 2002 à San Sebastián. En 2000, il a créé sa fondation, le Chillida-Leku (le « lieu de Chillida », en basque) à Hernani.

Œuvre. Au début des années cinquante, Eduardo Chillida reprend les traditions des maîtres ferronniers du Pays basque et exécute des sculptures en fer forgé (llarik, 1951). Il est intéressé par la pensée du philosophe Martin Heidegger, réalise avec lui en 1968 un ouvrage : Art et Espace. Il s’investit ensuite dans une réflexion sur les rapports entre l’homme, la nature et l’espace.

Tout son travail consiste à définir le vide qui anime la matière (il n’utilise pas le bronze: «La dialectique est fausse, car il y a un double vide, un à l’intérieur, l’autre à l’extérieur»). Forgeant le fer, taillant dans le granit, l’albâtre, l’acier et le bois ou modelant la terre chamottée, il conçoit des labyrinthes imaginaires, aux imbrications infinies.    Il réalise dans le monde entier des projets monumentaux pour des commandes publiques (Peignes du vent, 1977, San Sebastián).

Propos de l’artiste. «Ce que je sais faire, il est sûr que je l’ai déjà fait. Il me faut donc toujours faire ce que je ne sais pas faire. Je ne représente pas. J’interroge. Les espaces avec lesquels je travaille sont virtuels ou inaccessibles.»



Vidéo : Eduardo Chillida

Vidéo démonstrative pour tout savoir sur : Eduardo Chillida

https://www.youtube.com/embed/nlvLb-vW3Nw

← Article précédent: Sandro Chia Article suivant: Christo et Jeanne-Claude

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles