François Morellet

> > François Morellet ; écrit le: 18 avril 2012 par Hela

Né en 1926 à Cholet en France. François Morellet fait des études de russe à l’École des langues orientales à Paris (1945-1947), puis travaille dans l’usine Familiale à Cholet et commence à peindre. Sa première exposition personnelle a lieu en 1950 à Paris. En 1960, il est cofondateur du GRAV (Groupe de recherche d’art visuel) ; il veut « réaliser des œuvres d’art destinées à être les matériaux d’une future science de l’art». Il vit et travaille à Paris.

Œuvre

Dada avant tout, François Morellet explore dans les années cinquante des géométries minimales. Depuis cette époque, il cherche «à réduire au minimum [ses] décisions subjectives et [son] intervention artisanale pour laisser agir librement [ses] systèmes simples, évidents, et de préférence absurdes». Dans les années soixante, il propose des environnements à «géométrie variable» (droites, carrés, triangles, courbes) ; des séries de Sphères, de Néons et de Grilles. Il met au point un système et l’applique, introduit des variables, souvent à partir des décimales du nombre . Il conçoit la théorie de la «participation du spectateur» en installant les lieux pour qu’il «vienne y déballer son pique-nique». Adepte du calembour, il présente dans les années quatre-vingt, les Géométrees; des œuvres minimales «à travers la forêt» ou donne pour titre à une œuvre minimale épurée, où deux carrés blancs se juxtaposent : En levrette. Il exécute également des œuvres de «dés-intégrations architecturales» pour des commandes publiques et installe ses grilles ou ses néons lumineux sur le sol et les façades d’ensembles urbains. En 1998, il crée les  rococo, une succession sans fin d’arcs de néons bleus dont les angles sont calculés à partir des décimales traduites en degrés du nombre mythique.

Propos de l’artiste

«Oui en fait j’ai toujours mieux aimé cacher que délirer et j’ai toujours préféré les artistes qui cachent plus qu’ils ne montrent : ceux (en vrac, qu’on a pu grouper dans le zen, De Stijl, Dada, l’Unisme, le Minimalisme et autres mafias de cachottiers bien loin de la nouvelle vague des actuels déballeurs).»

Vidéo : François Morellet

Vidéo démonstrative pour tout savoir sur : François Morellet

https://www.youtube.com/embed/7Ib8qi1p4OY

← Article précédent: Mariko Mori Article suivant: Yasumara Morimura


Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles de tout le site