➔ CITATIONS ET PROVERBES

Günter Brus

Vous êtes ici : » » Günter Brus ; écrit le: 7 avril 2012 par Hela

Né en 1938 à Ardning en Autriche. De 1953 à 1960, Günter Brus suit les cours de l’École des arts et métiers de Graz puis de l’École des arts appliqués de Vienne. Au début des années soixante, il peint des toiles gestuelles en noir et blanc. En 1964, il rejoint le groupe de l’Actionnisme viennois et présente des actions corporelles pour lesquelles il met en scène son propre corps. Il vit et travaille à Graz et aux Canaries.

Œuvre. Günter Brus exécute des dessins préparatoires, des peintures, des collages. Ses actions sont ensuite filmées et photographiées. Pendant une première période, il réalise des simulations de blessures et utilise peinture noire et blanche et accessoires sado-maso (lames de rasoir, clous, ciseaux) pour souligner la vulnérabilité du corps (séries des Peinture, Autopeinture, Automutilation, Torture). À partir de 1967, il se concentre sur le «langage analytique du corps» et enfreint les tabous sexuels au cours de happenings.

En 1968, il participe à Evénement: art et révolution, il boit son urine, il s’enduit le corps de sa merde, il se masturbe en public en chantant l’hymne national autrichien, après quoi il est arrêté et incarcéré pendant six mois. En 1969, il s’exile à Berlin et fonde avec Rühm et Wiener le Gouvernement autrichien en exil. En 1970, il réalise sa dernière action, Épreuve de résistance, puis décide «d’abdiquer en tant qu’artiste». Depuis, Günter Brus se consacre à l’écriture et exécute des séries de dessins au crayon et à la craie, des Imagepoèmes.

 Propos de l’artiste. « L’art dont le but est si précisément formulé suscite ma suspicion (Manifestes). Mais je peux décrire presque exactement ce qui me dégoûte vraiment : l’Autrichien avec Metternich dans ses tableaux / l’Autrichien comme idiot du village des enfants / l’Autrichien en tant que promoteur de la vieille peinture, de la peinture moderne et même de l’art le plus contemporain / la bêtise “ Jugendstil ”/ l’Autrichien comme benêt religieux / l’Autrichien, qui abreuve les malades mentaux de distinctions officielles et extermine les perversions conscientes.»

Vidéo : Günter Brus

Vidéo démonstrative pour tout savoir sur : Günter Brus



https://www.youtube.com/embed/TCDG9j6Vcjs

← Article précédent: Stephan Balkenhol Article suivant: Geneviève Cadieux

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles