Un site du réseau encyclopédique Savoir.fr
➔ CITATIONS ET PROVERBES

Hermann Nitsch

Vous êtes ici : » » Hermann Nitsch ; écrit le: 20 avril 2012 par Hela

Hermann NitschNé en 1938 à Vienne en Autriche. De 1953 à 1958, Hermann Nitsch fait des études de dessin et s’intéresse à l’art religieux. En 1957, il conçoit le projet d’un Théâtre des mystères et des orgies (TMO) pour développer un art total, «une peinture existentielle et sacrée». Sa première exposition personnelle a lieu en 1960. En 1962, il est cofondateur de l’Actionnisme viennois. Il vit et travaille dans son château de Prinzendorf près de Vienne.

Œuvre

À la fin des années cinquante, Hermann Nitsch utilise les procédés de l’Action Painting et réalise des drippings rouges – «le rouge de la chair et du sang». À partir de 1962, il propose une série d’actions proches de l’Art corporel au terme desquelles il est emprisonné pour outrage à la pudeur et entrave à l’ordre public. Pour ses actions, il utilise la carcasse d’un agneau, l’écartèle, le crucifie, le saigne puis utilise sang et entrailles. Au cours des cérémonies du TMO, il revêt des chasubles religieuses, dispose les entrailles de l’agneau et verse le sang à l’aide d’un calice sur le corps et le sexe dénudés des acteurs.



Il veut «glorifier la vie, faire prendre conscience de la célébration, de la célébration de la conscience elle-même». Aruspice profanateur, il règle des rituels symboliques, réalise des dessins d’architecture, des performances, rédige les manifestes du TMO. En 1971, il achète le château de Prinzendorf où se déroulent désormais ses liturgies. Les actions sont photographiées et filmées. Il utilise le sang, les entrailles, des vêtements disposés en croix «comme d’ultimes ornements et trophées» entrant dans la composition de ses toiles. Il enregistre sur disques et CD les musiques, improvisations et chants qui accompagnent les rituels.

Propos de l’artiste

« Peinture existentielle et sacrée / dirigée vers la radicale / sacralisation de l’art / et une profonde / spiritualisation de l’existence permettant / à l’homme de devenir le prêtre pur / […] la vie est le spirituel / sacrement comme une traduction du / désir charnel de la futilité du premier jeu / mystique existentielle, soif existentielle / rédemption par le rite de la célébration, la fête / de la vie devient la / manifestation de l’expérience du sacrement / le théâtre des orgies et des mystères. »

Vidéo : Hermann Nitsch

Vidéo démonstrative pour tout savoir sur : Hermann Nitsch

https://www.youtube.com/watch?v=OfdJNUZUcWs

← Article précédent: Article suivant:

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles