Hundertwasser

> > Hundertwasser ; écrit le: 13 avril 2012 par Hela

Né en 1928 à Vienne en Autriche. Friedrich Stowasser fait ses études à l’Akademie der bildenden Künste de Vienne (trois mois) et de Paris (un jour). En 1949, il prend  le pseudonyme de Friedensreich Hundertwasser. À partir de 1951, il élabore son style pictural qui réunit nouveau et Expressionnisme abstrait. Sa première exposition personnelle a lieu en 1952. Figure majeure de l’art viennois, il publie différents manifestes: la visibilité dans la création transautomatique (1954), Manifeste  de la moisissure contre le rationalisme en architecture (1958). En 1959, il est cofondateur du Pintorarium, une académie libre. En 1962, il représente l’Autriche à la Biennale de Venise. Hundertwasser est mort en 2000 à bord du bateau le Queen Elizabeth il. Son musée, la Kunsthaus Wien, a ouvert en 1991 à Vienne.

Œuvre

En 1953, Hundertwasser détermine un motif qu’il peindra à l’infini : la «spirale végétative», «anti-ligne droite», symbole de la création (le Grand Chemin, 1955). En 1955, il définit un «transautomatisme nécessaire», une nouvelle «grammaire du voir», qui doit bouleverser l’uniformité, inciter à transformer l’habitat et rendre la création obligatoire. Il compose des toiles et aquarelles labyrinthiques, des architectures fantastiques, proches des dessins d’enfants (La tour de Babel perfore le soleil, 1959). Pendant les années soixante, il devient spécialiste des happenings : Soirée du bouillon d’orties en 1960 (avec Jean-Jacques Lebel et Alain Jouffroy), conférences-nu en 1967 et 1968. À partir des années soixante-dix, son travail s’inspire et se met au service d’un écologisme militant et de la paix. Il répond également à de nombreuses commandes publiques et applique son style pictural à l’architecture.

Propos de l’artiste « Pour moi, les tableaux sont portes que – pour autant que j’y parvienne -, je peux ouvrir sur un autre monde, à la fois très proche et très éloigné de nous; un monde auquel nous  n’avons pas accès, dans lequel nous nous trouvons, mais que nous ne pouvons pas percevoir ; un monde opposé au monde réel. Et c’est le paradis.»

Vidéo : Hundertwasser

Vidéo démonstrative pour tout savoir sur : Hundertwasser

https://www.youtube.com/embed/9pzp7QohJVc

← Article précédent: Jean Olivier Hucleux Article suivant: Pierre Huyghe


Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles de tout le site