Une fracture sociale se creuse

> > Une fracture sociale se creuse ; écrit le: 28 mars 2012 par lamia

Auteur : Jacques Chirac , en 1995

Explication

Lorsque la droite gagne les élections législatives en 1993, Jacques Chirac ne souhaite pas, à nouveau, diriger un gouvernement de cohabitation. Son «ami de trente ans», Édouard Balladur, prend cette charge et se présente en position de favori à l’élection présidentielle de 1995. En deux  ans, le maire de Paris a pris du recul ; il a mûri un projet social, en rupture avec sa politique libérale passée.

Dès le mois de décembre 1994, au plus bas dans les sondages, il dénonce la «fracture sociale» qui menace la cohérence de la nation. Cette expression est empruntée au philosophe Marcel Gauchet. Dans son livre La France pour tous, publié au début du mois de janvier 1995, Jacques Chirac écrit : « Pour l’heure, l’État s’efforce de maintenir l’ordre et le traitement social du chômage évite le pire. Mais jusqu’à quand ?»

Le 17 février, Chirac prononce à Paris son discours fondateur de campagne. « La sécurité économique et la certitude du lendemain sont désor- mais des privilèges, constate le candidat. La jeunesse française exprime F son désarroi. Une fracture sociale se creuse, dont l’ensemble de la lu¬nation supporte la charge. Oui, il existe aujourd’hui une France vulnérable, une France blessée, qui paie par le chômage et l’exclusion la facture de nos conservatismes. Alors je suis venu dire aux Français qu’il est temps de renoncer au renoncement ! »

En quelques semaines, ce programme suscite un immense espoir dans les classes populaires et chez beaucoup de jeunes. C’est pour résorber la « fracture sociale » que Jacques Chirac est élu président de la République le 7 mai 1995. La France compte alors 920 000 allocataires du revenu  minimum d’insertion (RMl). Lorsqu’il quitte l’Elysée douze ans plustard, ils sont 1 300 000.

Vidéo : Une fracture sociale se creuse

Vidéo démonstrative pour tout savoir sur : Une fracture sociale se creuse

← Article précédent: Je vous demande de vous arrêter ! Article suivant: Je reste droit dans mes bottes


Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles de tout le site